lundi 31 mars 2014

Un visage dans la foule, Stephen King, Stewart O'Nan, Bragelonne

Depuis la mort de sa femme, Dean Evers trompe l’ennui de ses vieux jours devant les matchs de baseball à la télévision. Quand soudain, dans les gradins, il découvre au cœur de la foule un visage surgi du passé. Quelqu’un qui ne devrait pas être là, au stade… ni même parmi les vivants. Soir après soir, Dean se laisse hypnotiser par les visages de ceux qu’il n’espérait – ou ne voulait – plus voir. Mais le pire est à venir…





Cadeau de Stephen King, cette nouvelle vient de sortir uniquement en (e-book) aux éditions Bragelonne. S'il n'est plus besoin de présenter l'auteur de Shining, on peut dire deux mots de son comparse. Stewart O'Nan est l'auteur de plusieurs romans fantastiques ou thriller. Ami de longue date du maître de l'horreur, il s'est associé avec lui pour écrire cette nouvelle sur fond de passion commune pour le base-ball. N'y connaissait rien dans ce sport -comme beaucoup de lecteurs français, je pense- j'ai eu parfois du mal à bien comprendre certains passages. Quant à l'histoire proprement dite, j'ai pris plaisir à suivre Dean Evers dans son aventure où à chaque fois qu'il regarde un match de base ball, il tombe sur une connaissance ayant passé l'arme à gauche depuis longtemps. La fin n'est pas très originale, le texte est court mais c'est une lecture sympathique et on remercie vivement les auteurs et les éditions Bragelonne pour cette publication cadeau.  

vendredi 28 mars 2014

13 jours, Valentina Giambanco, Albin Michel.


L’assassin lui a donné 13 jours.
13 jours pour tenter de comprendre.
13 jours avant de plonger dans les ténèbres…

À Seattle, personne n’a oublié le mystère de la Hoh River : trois gamins enlevés, cachés dans les bois. Seuls deux d’entre eux avaient réapparu, incapables de se souvenir de ce qui leur était arrivé.
Vingt-cinq ans plus tard, un couple et ses deux fils sont sauvagement assassinés. Au-dessus de la porte de la chambre, le tueur a laissé un message : 13 jours.
Très vite convaincue que les deux affaires sont liées, puisque le père de famille qui vient d’être assassiné était l’un des trois enfants kidnappés, la police manque pourtant de preuves. Pour sa première grande enquête, l’inspecteur Alice Madison devra se fier à son instinct. Au cœur des forêts, le cauchemar va recommencer. Dans 13 jours.

Un premier roman sombre et obsédant, best-seller en Grande-Bretagne, qui a imposé Valentina Giambanco sur la scène du thriller britannique.


Un quadruple meurtre sanglant. Une policière fraîchement débarquée à la criminelle de Seattle. Un coéquipier peu bavard mais terriblement efficace. Une vieille histoire qui resurgit soudain. Un avocat énigmatique et un comte à rebours... 13 jours. Tels sont les ingrédients de ce roman signé par une nouvelle venue en littérature, l'italienne Valentina Giambanco qui a décidé de marcher sur les plates-bandes des auteurs américains. 
Au fil des pages, les enquêteurs avancent, parfois dans le brouillard, sont malmenés, bousculés, blessés. Ils hésitent, doutent, tâtonnent. 
Valentina Giambanco n'hésite pas à les mettre en danger et c'est ce qui rend ce roman percutant et original. Le personnage d'Alice Madison en enquêtrice qui fait ses premiers pas dans la criminelle est très intéressant. Car même si elle vient d'intégrer cette équipe, elle ose (pour les besoins de son enquête) imposer ses points de vue, quitte à ne suivre que de simples intuitions, jusqu'à mettre sa carrière en danger. Les références à son enfance sont aussi très utiles pour comprendre sa personnalité. 
Deuxième personnage intéressant : Quinn. L'avocat dont le petit frère a été enlevé des années auparavant et dont le corps n'a jamais été retrouvé. Avocat qui défend un meurtrier - qui s'avère être le copain d'enfance du frère de Quinn- et qui se cache derrière le secret professionnel pour ne pas dévoiler tout ce qu'il sait. Mais, Quinn est aussi un type porteur de valeurs.
Et puis, il y a Cameron alias Jack. Meurtrier que toute la police recherche et qui se trouve être la cible du tueur. 
J'ai beaucoup apprécié ce roman sans aucun temps mort malgré les 540 pages. La psychologie des personnages est finement analysée et la triangulaire Alice-Quinn-Jack, trio improbable, est originale et percutante. Les relations que ces trois protagonistes que tout sépare est évolutive et constitue le noeud du roman. 
L'écriture est fluide et agréable. Valentina Giambanco donne des détails mais ne noient pas le lecteur dans d'interminables descriptions. Elle possède aussi un sens du suspens qui fait que le lecteur a envie de tourner les pages et d'aller jusqu'au dénouement.
Une belle réussite et peut-être une longue vie à Alice Madison.
13 jours est disponible aux éditions Albin Michel. 


mardi 25 mars 2014

Le club de l'Au-delà, Yann Tatibouët, Hugues Mahouas, COOP Breizh

Aujourd'hui ce n'est pas un roman mais trois roman réunis dans une même chronique !

Youna, Maël et Loïc sont trois amis qui découvrent leur don de voir et d'aider les fantômes. Ils décident alors de fonder un club au nom secret : Ar bed All qui signifie "l'Au-delà" en breton. Pour venir en aide aux âmes en peine qui errent sur terre sans pouvoir rejoindre l'Autre monde, ils vont devoir résoudre des problèmes surprenants, parfois inquiétants mais toujours passionnants. Cette série fantastique teintée de croyances Celtiques, relève aussi du polar avec un suspens permanent.


Tome 1 : Les naufragés de Gavrinis

Tout commence lorsque les membres du club de l'Au-delà visitent une épave à l'intérieur de laquelle est gravée une mystérieuse carte qui va les mener jusqu'à l'Ile d'Er Lannic. La nuit tombée, un inquiétant personnage va leur apparaître : il est à la recherche de son frère réfugié sur Gavrinis.



Avec ce premier tome, le lecteur va faire connaissance avec nos trois sympathiques héros : Youna, toujours friande de détails croustillants et gores ; Loïc qui paraît le plus raisonnable des trois et Maël.
Suite à la découverte d'une carte trouvée dans une épave, ils vont donc partir à la recherche de deux frères disparus bien longtemps avant.
L'écriture de Yann Tatibouët est toujours aussi plaisante et ceux qui le découvriront à travers ce roman ne me diront pas le contraire. L'histoire est passionnante même pour l'adulte que je suis. J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette aventure à travers le Golfe du Morbihan. Tout est réuni dans ce (trop) court roman : suspens, humour, aventure.
De plus, les illustrations de Hugues Mahoas sont superbes et magnifient le texte.

Tome 2 : le chevalier de Suscinio

Mais que se passe-t-il la nuit aux abords du château de Suscinio ? Le club de l'Au-delà est réveillé par le bruit d'une étrange chevauchée. Et que dire du cavalier ? A n'en pas douter c'est bien le fantôme d'un chevalier qu'ils découvrent.
Une nouvelle pour Youna, Maël et Loïc qui doivent se plonger au coeur du Moyen-âge pour aider le seigneur Enguerrand à trouver le repos auprès de sa dame qu'il avait laissée pour partir en croisade.


Deuxième aventure pour nos trois amis. Cette fois, c'est le Moyen-âge auquel s'attaque Yann Tatibouët à travers un roman où l'humour est encore une fois très présent. Le chevalier fantôme est très bien travaillé et vaut le détour ! De plus, l'auteur nous gratifie de tirades extraites directement de la façon de parler de nos ancêtres. C'est délicieux !
Le château de Suscinio est au coeur de cette énigme ancrée en Bretagne mais dont les retentissement dépasses ses frontières. L'occasion d'en apprendre sur l'histoire nationale à travers un bâtiment proche de chez nous.
Encore une fois, les illustrations permettent au lecteur de s'immerger pleinement dans l'histoire.

Tome 3 : Le gardien du phare de Tévennec

Partis pour une simple balade en mer, le bateau du club de l'Au-delà est emporté inexplicablement vers l'île de Tévennec. Sur place, ils réalisent que c'est le fantôme d'un ancien gardien de phare qui les appelés.
En effet, ce vieux loup de mer n'a jamais retrouvé le collègue qu'il était venu relever. Mais où peut-il bien se cacher sur ce bout de rocher ? Ce mystère paraît insoluble ! A moins... A moins que l'île ne cache un secret. ... Une mission pour laquelle Youna, Maël et Loïc vont déployer des trésors d'imagination.

Troisième et pour le moment dernier tome des aventures du club de l'Au-delà, ce roman est pour ma part le meilleur. Peut-être parce qu'il touche à quelque chose qui m'est cher : les gens de mer.
On y retrouve bien sûr tous les ingrédients des deux premiers livres mais avec un "je ne sais quoi en plus". Encore du suspens, de l'humour, de l'aventure. Et ce mélange entre fantastique et polar qui fonctionne à merveille.
Les illustrations (comme pour les précédents romans, d'ailleurs) couvrent quasiment toutes les pages du livre. Elles lui donnent ainsi une force supplémentaire et permettra aux plus jeunes lecteurs de s'immerger complètement dans ce récit passionnant.
Enfin, ce livre est l'occasion pour l'auteur d'évoquer la vie des gardiens de phare de pleine mer. Ceux qui vivaient en Enfer !

Voici donc une très bonne série à découvrir absolument et plaira à tous : jeunes et moins jeunes, bretons ou non !
Espérons que les auteurs continuent sur cette lancée.
Disponible chez COOP Breizh.

vendredi 7 mars 2014

Play, Franck Parisot, Albin Michel

Il vous voit sans que vous le voyez.
Pour tuer, torturer, mettre en scène vos derniers instants avant de les poster sur le Net, sa caméra est sa meilleure amie. Il lui suffit d'appuyer sur Play pour livrer le pire aux appétits voyeurs d'une civilisation qui ne vit que par procuration.
Un premier thriller implacable et virtuose.


Avec un tel quatrième de couverture, l'envie était forte de me plonger dans ce roman. Les premières pages nous mettent en appétit et on fait vite connaissance avec un trio d'enquêteurs intéressants : Morgans, d'origine asiatique, femmes aux yeux vairons (particularité qui n'est reprise qu'une seule fois dans le livre), Alves, profondément amoureux de sa femme et Bridge, le célibataire.
Ces policiers sont encadrés par un chef colérique mais sympa finalement : Lawson alias Smarties.
Et puis nous avons le tueur : froid, méthodique, implacable et barbare qui va jouer (et se jouer) avec (de) la police en désignant Bridge comme cible privilégiée.
Appelés pour résoudre une simple histoire de disparition, les enquêteurs vont vite tomber dans l'horreur et le piège tendu par ce qu'ils devront plus tard appeler le Cyclope. Les mises à mort terrible se succèdent à une vitesse fulgurante pendant que les indices laissés sur les lieux de crimes laissent perplexe le trio.
Des films enregistrés sur des clés USB et dans lesquels le tueur immortalise ses victimes jusque dans leur dernier souffle. C'est cruel et parfois insoutenable.
Franck Parisot est un nouveau venu en littérature et on peut penser que s'il a signé chez Albin Michel, c'est que son livre est bon. Et il l'est ! On y trouve tous les ingrédients qui font un bon thriller : un tueur de la pire espèce, des enquêteurs prêts à tout pour l'arrêter, quitte à se mettre en danger, des rebondissements et des fausses pistes. Tout ça à New York.
On peut donc en conclure que Parisot connaît son affaire.
Pourtant, j'ai trouvé que c'était trop. Les meurtres sont trop barbares, les tortures sont décrites minutieusement jusqu'à écoeurement. Certains passages font penser aux descriptions les plus dures de Graham Masterton. C'est dire !
De plus, on l'a dit Franck Parisot maîtrise les règles du thriller. Mais à trop vouloir le montrer, il perd en originalité, en spontanéité et j'irais même jusqu'à dire en humanité. Du coup, ses personnages qu'il s'attache à décrire n'ont pas l'épaisseur qu'il veut leur donner. Donc ça s'est dommage. A trop vouloir bien faire côté "technique", on manque ce quelque chose qui ferait passer ce roman du côté des inoubliables.
Trop aussi pour le tueur. Dans ses actes, barbares je l'ai dit. Il torture sans état d'âme, filme ses victimes... Ses motivations apparaissent petit à petit et la fin m'a laissé moi aussi perplexe, perdu dans la perversité (un peu) confuse du tueur dont on devine trop tôt l'identité.
Pour conclure, Play est un bon roman même si sa construction trop académique m'a gêné et même si la barbarie m'a contrarié.
Ce roman est disponible aux éditions Albin Michel.